Par Joël Marier

Photo de Samuel Zeller dans Unsplash

Photo de Samuel Zeller dans Unsplash

Nous sommes nombreux à nous préoccuper de notre impact social, car il s’agit aujourd’hui d’un élément clé du processus de gestion des organismes à but non lucratif (OBNL). Toutefois, tous ne l’entendent pas de la même façon. Plusieurs confondent activités et impact, d’autres le voient comme un simple livrable aux bailleurs de fonds dans le cadre de leur relation d’imputabilité, « un mal nécessaire » au terme du projet. Il est aussi vrai que les bailleurs de fonds limitent souvent l’impact à ses résultats quantitativement mesurables. Enfin, peu utilisent la mesure d’impact pour améliorer l’efficacité de leur gestion et accroitre leur contribution au mieux-être de leur communauté.

Il faut convenir que l’impact doit être un changement important, un résultat que l’on obtient à moyen ou à long terme. Il est souvent de nature intangible, donc difficile à mesurer. Comme il est plus facile pour les OBNL de mesurer leurs produits et services tangibles – de compter leurs bines en quelque sorte – il y a donc une certaine inertie, voire une crainte, à se pencher concrètement sur l’aspect intangible de leur impact sur la société.

Je vous propose ici quelques bonnes pratiques qui démontrent que votre OBNL peut, sans trop de difficulté, relever le défi de déterminer ce que sera son impact social et de le mesurer.

1. Cerner l’impact qui découle de vos activités

L’impact de votre OBNL ne se mesure pas au nombre d’heures travaillées, au nombre de participants touchés ni au pourcentage d’autofinancement. Il se mesure plutôt aux changements que vous avez pu provoquer. Comme ces changements sont souvent, au premier abord, intangibles, il faut les cerner le plus clairement possible. L’élaboration d’une théorie du changement – certains disent un schéma de transformation sociale – permet de distinguer votre impact de vos activités.

2. Mesurer moins, mais mesurer mieux

Il est vrai que les OBNL sont très pris par leurs activités et qu’ils disposent de ressources limitées pour répondre aux besoins sociaux sans cesse grandissants. Il faut éviter de leur imposer la mesure à outrance. J’aime bien l’adage : mieux vaut une idée générale de la bonne chose qu’une idée précise de la mauvaise. Pour votre OBNL, ceci veut dire qu’il faut gérer l’ambigüité en sélectionnant un nombre limité d’indicateurs significatifs qui traduisent l’impact que vous désirez avoir. Je vous propose de vous doter d’un tableau de bord qui transposera votre théorie du changement dans un petit nombre d’indicateurs clés qui vont mesurer votre progression, jusqu’à votre succès.

3. Simplifier le plus possible la collecte des données

Il n’est pas nécessaire de créer une panoplie de nouveaux outils de mesure d’impact. Partez plutôt des outils de collecte de données dont vous disposez déjà : sondage auprès de vos membres ou satisfaction de votre clientèle, rapport d’inspection, etc. Voyez comment ces outils peuvent être ajustés pour alimenter les indicateurs de votre tableau de bord. Au besoin, il n’est pas exclu de développer de nouveaux outils. Mais attention : ce n’est pas parce que les données sont disponibles qu’il faille les prendre en compte. Si elles ne sont pas prévues au tableau de bord, éviter de les recueillir, de les compter et d’en rendre compte. Une production excessive de données peut faire perdre le temps de travail de votre personnel et le temps de lecture de vos administrateurs.

4. Intégrer les données dans votre cycle de gouvernance

Évidemment, on ne produit jamais des données pour des données. Une fois votre tableau de bord meublé d’informations pertinentes et éclairantes sur votre impact, il doit être soumis à vos instances de gouvernance, accompagné de recommandations, afin que des décisions soient prises en conséquence. C’est ici qu’on ajustera les orientations et les politiques de votre OBNL selon son cycle de gouvernance.

5. Ajuster vos opérations en conséquence

Les décisions prises par vos instances de gouvernance à partir de l’analyse du tableau de bord doivent être transposées au niveau opérationnel, c’est-à-dire dans vos programmes, vos activités et le calibrage de vos ressources. Votre direction générale et votre équipe stopperont tout, corrigeront le tir ou poursuivront sur la lancée. C’est ici que les données et les leçons que vous en tirez maximiseront votre impact.

6. Communiquer votre impact pour aller plus loin

Bien cerner l’impact social de votre OBNL vous aidera dans vos opérations, mais aussi dans votre rayonnement auprès de vos partenaires et de votre communauté. Cet exercice vous aidera à communiquer plus clairement les changements auxquels vous contribuez et à renforcer l’engagement de vos parties prenantes envers votre mission.

* * *

En somme, déterminer et mesurer l’impact de votre OBNL est un exercice à votre portée. Le cas échéant, le cabinet Socius recherche et conseils sera ravi de vous accompagner ou de vous offrir une formation taillée à la mesure de vos besoins. Bon succès!